Traitement des brûlures de l'oesophage

En Afrique de l'Ouest, les brûlures de l'œsophage chez les enfants sont sans doute une pathologie fréquente et sous-estimée.
Cela ressort clairement des expériences acquises par les membres de KiCo en Guinée-Conakry, en Gambie, au Mali, au Burkina Faso, en Guinée-Bissau et au Ghana.

Comment ces brûlures de l'œsophage se produisent-elles chez les enfants, les adolescents et même les adultes?

Eh bien, il est facile d'obtenir de la soude corrosive dans les pays d'Afrique de l'Ouest.
La soude caustique (NaOH) est par exemple importée en Guinée par les grands concessionnaires qui extraient la bauxite (minerai d'aluminium). Grâce à un marché «gris», les populations autochtones l'obtiennent facilement et à moindre coût.
Cependant, la soude caustique est utilisée par les femmes africaines à des fins totalement différentes. Principalement pour mélanger avec par exemple l'huile de palme pour obtenir du savon artisanal. Ou pour fixer la peinture lors de la fabrication du batik. Parfois même pour décolorer les poils ou pour enlever les poils de la peau des animaux morts. La feuille est ensuite utilisée, par exemple, pour fabriquer un djembé (un instrument de musique pour la batterie).

La soude corrosive n'est généralement pas correctement stockée sous clé. De plus, la soude caustique ressemble à du sucre granulé ou lorsqu'elle est dissoute, elle est inodore et incolore et peut être considérée comme de l'eau. En conséquence et malheureusement, les enfants avalent accidentellement le produit, ce qui entraîne de terribles brûlures buccales et œsophagiennes. Des doses incorrectes entraînent également des concentrations dangereuses dans le savon.

Comment KiCo aide-t-il ces enfants et ces jeunes?

Les patients doivent être divisés en deux catégories.

Un groupe avec rétrécissement modéré de l'œsophage dilatable et un groupe où l'ouverture de l'œsophage n'est possible qu'avec une intervention chirurgicale avancée (coloplastie ou gastroplastie). Une sonde gastrique est appliquée au premier groupe de patients afin que le patient puisse être réinjecté. Dans le même temps, un fil infini est appliqué par le nez et sort par la gastrostomie. Puis (parfois des mois) une dilatation jusqu'à ce que l'œsophage puisse renvoyer la nourriture. Le patient peut alors à nouveau manger et boire normalement par la bouche. KiCo fournit les sondes d'estomac et l'équipement appropriés pour se dilater. Dr. Balla Moussa Touré (Guinée) a appris cette technique à l'hôpital universitaire Gasthuisberg de Louvain par le Prof. dr. Toni Lerut. Les deux ont enseigné cette technique au Dr Samateh (Gambie) et Prof. dr. Yéna (Mali). Le Dr Bandré (Burkina Faso), le Dr Amoah (Ghana) et le Dr Sabali (Guinée-Bissau) ont également récemment appris la technique.
Cette technique a le grand avantage d'avoir peu ou pas besoin d'infrastructures technologiques telles que l'endoscopie et est donc extrêmement adaptée à une utilisation dans les pays du tiers monde. KiCo souhaite approfondir cette technique dans les autres pays d'Afrique de l'Ouest.

Dans le deuxième groupe de patients, une reconstruction de l'œsophage est nécessaire. En plus de l'expérience de ces interventions par les équipes médicales impliquées, une infrastructure technique de pointe est également requise (par exemple en USI ...). KiCo a été patient en Belgique en 2004 et en 2009 par le Prof. dr. Faites soigner Lerut et son équipe. Compte tenu du grand nombre de patients et du coût élevé de l'opération totale (vol, séjour, chirurgie, suivi, paperasse), KiCo recherche un emplacement équipé adapté en Afrique de l'Ouest.